Exposition Berthe MORISOT

affiche expo Berthe Morisot

Le musée d'Orsay consacre une exposition du 18 juin au 22 septembre 2019 à  Berthe Morisot  la première femme impressionniste dans ce courant artistique  et ce dès 1874.

Figure majeure de l'impressionnisme, Berthe Morisot reste aujourd'hui moins connue que ses amis Monet, Degas ou Renoir. Elle avait pourtant été immédiatement reconnue comme l'une des artistes les plus novatrices du groupe.

L'exposition retrace le parcours exceptionnel de cette peintre à travers plus de 60 tableaux, entre portraits et scènes de la vie quotidienne. Peindre d'après modèle permet à Berthe Morisot d'explorer plusieurs thématiques de la vie moderne, telles que l'intimité de la vie bourgeoise, le goût de la villégiature et des jardins, l'importance de la mode, le travail domestique féminin, tout en brouillant les frontières entre intérieur/extérieur, privé/public, fini/non fini. Pour elle, la peinture doit s'efforcer de "fixer quelque chose de ce qui passe".

On (re)découvre une femme qui vit à l'inverse des usages de son temps et qui choisit la vie de l'avant-garde Parisienne dans les années 1860 et devient le témoin de la vie bourgeoise, des loisirs naissants, de la mode parisienne et des activités de la vie moderne, qu'elle soit publique ou privée.

Cliquez sur l'image pour voir cette exposition avec la chance de voir beaucoup de tableaux  provenant de collections particulières

Exposition Paris romantique

 

affiche paris romantique

L'exposition Paris romantique des années 1815-1848 que présente le Petit Palais du 22 mai au 15 septembre 2019 offre un vaste panorama de la capitale durant les années romantiques, de la chute de Napoléon à la révolution de 1848. Cette période étant riche en rebondissements politiques, des dispositifs numériques rappellent la Restauration, la révolution de 1830, la Monarchie de juillet et la révolution de 1848.

 

L'exposition est comme une promenade à la découverte des quartiers emblématiques de la période : les Tuileries, le Palais-Royal, la Nouvelle-Athènes, la cathédrale Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, ou les Grands Boulevards.

 

Deux siècles, c'est trois fois rien à l'échelle de l'Histoire. 1815-1848 : les prostituées se bousculent sous les arcades du jardin du Palais-Royal. Les musées n'existent presque pas, les galeries encore moins, et les peintres -contemporains- se battent pour exister au Salon annuel au Louvre, reconstitué comme à l'identique dans l'expo, qui nous plonge dans cette époque survoltée, bien que plombée.

 

L’exposition associe aussi bien la mode et la danse que Berlioz ou Delacroix grâce à des prêts exceptionnels et une très habile scénographie spectaculaire.

Cliquez sur l'image pour voir cette très grande et admirablement présentée exposition

 Musée du Petit-Palais à Paris sous l'angle architecture-décoration

 Petit Palais 2Nous connaissons tous le Petit-Palais sous l'angle muséal.

Joyau architectural édifié par Charles Girault entre la Seine et les Champs-Élysées, le Petit Palais s'inscrit dans un environnement monumental exceptionnel.

Avec le Grand Palais et le Pont Alexandre III, il forme un ensemble conçu spécialement pour l'Exposition Universelle de 1900. Il a été ensuite converti en musée des Beaux-arts, en 1902, pour abriter les riches collections de la Ville de Paris, tout en continuant à présenter une importante programmation d'expositions temporaires.

Plus de vingt ans, de 1903 à 1925, ont été nécessaires pour compléter les décorations peintes et sculptées du Petit Palais destinées à glorifier la Ville de Paris et à célébrer les bienfaits de l'Art.

  Je vous propose donc en cliquant sur l'image de regarder sous d'autres angles ce très riche endroit

Exposition Dora MAAR

affiche expo Dora Maar

La rétrospective consacrée à l’œuvre de Dora Maar au Centre Pompidou (du 5 juin au 29 juillet 2019) , la plus grande présentée à ce jour en France, retrace à travers près de cinq cents œuvres et documents le parcours de l’artiste, des commandes commerciales aux réalisations personnelles, de la photographie à la peinture, des surréalistes à Pablo Picasso.

 

Dora Maar amante et muse de Picasso (durant environ 8 ans) ? Dora Maar photographe surréaliste ? Oui bien sûr, mais c'était aussi une photographe professionnelle qui a eu un grand succès très jeune dans la mode et la publicité. C'était une femme dont le travail témoigne de l'engagement politique et une peintre reconnue dans les années 1940 et 1950, qui a continué ses recherches dans l'ombre, jusqu'à sa mort.

La rencontre en 1935 avec Pablo Picasso puis leur collaboration et leur liaison conduit  Dora Maar à peu à peu délaisser la photographie pour la peinture, dans un style d’abord inspiré par celui de Pablo Picasso, plus personnel durant l’Occupation avec des tableaux sombres et empreints d’un sentiment de solitude, typique de la périodes, puis un travail sur le paysage et enfin l’abstraction dans les années 1950..

 

Dans les années 1980, Dora Maar effectue une espèce de jonction entre le dessin et la photographie, retouchant des négatifs qu'elle gratte, dont elle altère l'émulsion pour en réaliser des tirages, proches de ses dessins à l'encre abstraits.

Cliquez sur l'image pour découvrir cette artiste qui mérite qu'on la connaisse bien au delà du fait d'avoir été une des amantes de Picasso

Exposition L'Orient des peintres -du rêve à la lumière-

affiche expo l'orient des peintres

Le musée Marmottan Monet présente, du 7 mars au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ».

Objet de fascination, le lointain Orient a attiré à lui de nombreux peintres européens. La rencontre avec le réel n’a jamais dissipé leur rêve, bien au contraire, certains artistes allant jusqu’à changer l’essence même de leur peinture pour mieux saisir cette beauté nouvelle.

La passion française pour l’Orient trouve son paroxysme dans la conquête napoléonienne entamée en 1798, avec notamment les campagnes d’Égypte et de Syrie. Une épopée qui inspire et fait rêver les artistes français, dont certains n’hésiteront pas à franchir la Méditerranée pour rencontrer leurs fantasmes. Pourtant, ce dernier ne fait pas disparaître un fantasme indissociable de la figure féminine, celle de l’odalisque, ou femme de harem, et continue de nourrir les peintres, d’Ingres et Delacroix aux premières heures de l’art moderne.

Cliquez sur l'image pour voir cette exposition

H.B.D.D (Ha Ba Dis Donc)

dernière mise à jour : 03/08/2019

Les images sur la page d'accueil ne sont qu'un petit reflet de quelques souvenirs d'artistes, de pays et autres que j'ai appréciés.

Template by JoomlaShine